Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : la judokate palmée fait son blog
  • la judokate palmée fait son blog
  • : Juste un petit blog pour partager mes coups de coeur et garder contact.
  • Contact

Recherche

2 septembre 2008 2 02 /09 /septembre /2008 15:20

C'est la rentrée. Pour le judo aussi.
Encore une fois cette année, lors des soirées d'inscription, nous allons recevoir pleins de petits débutants. Mais, s'il vous plait, ne me demandez pas comment trouver '"l'habit du judo"...
On dit kimono ou judogi pour être exact.

Le club dispose de kimonos d'occasion, des kimonos qui pour certains sont au club depuis que je suis arrivée, c'est à dire depuis 13 ans.
Pour la première fois depuis longtemps, cet été, le judo club a organisé en partenariat avec le centre aéré de Rosheim des séances d'initiation. Le plus important pour un enfant qui commence le judo, c'est de mettre un kimono, une fois habillé, il devient toujours un grand judoka.
Mais imaginez, 8 séances d'initiation fois une quinzaine d'enfants, ça fait une floppée de kimonos qui ont bien travaillés.

Alors avant la rentrée, nous leur avons offert un petit lavage...


Le seul problême c'est que, une fois mouillé, le kimono doit pouvoir sécher...
Pour vous donner une idée, une veste de kimono est en coton, elle pèse environ 1 kg pour un kimono moyen de taille 140 cm, alors imaginez le temps que ça peut mettre à sécher...
Cela fait deux jours que les kimonos sont accrochés dehors, que le sêche-linge menace de s'écrouler et ils ne sont toujours pas tous secs...

Petit appel à Saint Pierre, demain, il doit pleuvoir, alors on ne pourrait pas décaler un peu la pluie à la fin de la semaine pour que tous les kimonos soient secs...
Non ? c'est pas négociable ?
Repost 0
Published by Sabrina - dans judo
commenter cet article
29 août 2008 5 29 /08 /août /2008 14:01

Ce midi par le courrier j'ai reçu mon dossier d'inscription à la fac, cette année, je m'inscris en IEJ, une sorte de préparation pour les différents concours de la fonction publique, du barreau et de l'école de la magistrature.
Je me doutais que les frais allaient surement être élevés encore une fois mais là, ça dépasse tout ce que je pouvais imaginer...

575,57 euros ! ! !

Soit 226 € de frais de scolarité
        195 € de sécurité sociale
        4,57 de médecine préventive, oui parce que les étudiants sont censés avoir une visite médicale
   et  150 € de frais d'inscription pour l'iej, soit pour environ 12h de cours par semaine ! !

Je comprends que gérer une fac ce n'est pas une mince affaire, mais là ! ! Cela va devenir un luxe de pouvoir préparer des concours dans des bonnes conditions.

Comble de l'ironie, ma formation n'étant pas diplomante, je ne peut bénéficier d'aucune bourse ! ! !

Heureusement, pour cette "modique" somme, j'ai accès à une bibliothèque,qui n'a pas acheté de livres depuis près de 2 ans, donc, aucun n'est réellement à jouret qui n'est pas chauffée.

Pour finir, je tiens à signaler que l'université de Strasbourg a "gagné"à la fin de l'année dernière une sorte de bourse pour une idée innovante, oui, les trois universités de Strasbourg ne formeront plus qu'une à partir de l'année 2008, pour les étudiants aucun changements mais pour les dirigeants, si, un gros chêque.

J'espère que mon coup de gueule est passé et que, pour cette somme, je vais au moins réussir  un de mes concours cette année.

Le premier qui a la bonne idée de bloquer la fac cette année ou de lancer une grêve des étudiants risque de devoir me rembourser mes frais alors, à bon entendeur...

Repost 0
Published by Sabrina - dans news
commenter cet article
28 août 2008 4 28 /08 /août /2008 14:05

L'année dernière, au club Antares que vous connaissez bien maintenant, un petit conflit s'est élevé, qui de Fabrice, Carlos ou Franck nous avait amenées à la plongée ?
Et bien aujourd'hui je vais mettre tout le monde d'accord.

COMMENT ARRIVE-T ON A FAIRE DE LA PLONGEE QUAND ON VIT EN ALSACE ?

Nous avons commencé la plongée en juillet 1997 au camping Taxo les pins d'Argeles sur mer.


Dans la piscine du camping, un soir par semaine, il était possible de faire des baptèmes de plongée. A l'époque, nous avions 11 ans. Comme disait toujours maman, je ne savais pas nager au dessus de l'eau, je voulais toujours voir ce qu'il y avait en dessous...


Le détendeur, c'était tout nouveau alors tant qu'à faire, on le garde aussi en surface.


Et c'est parti pour quelques minutes sous l'eau avec palmes et masque. Pour la première fois je faisais de la plongée, certes en baptème mais bon.
Je vous mets au défi de dire qui est qui sur la photo alors je vous donne un indice : vous noterez que déjà à l'époque j'avais un peu du mal avec les faibles profondeurs et que je flottais...
GAGNE j'ai les palmes claires ! !

Pour replonger, nous avons attendu juillet 2005.

Pareil, un soir par semaine, dans la piscine du camping, un certain Fabrice venait faire faire aux vacanciers des baptèmes de plongée.


Nous étions alors au coté profond de la piscine séparés des autres baigneurs par une ligne d'eau qui ne tenait pas.
Suite à ce baptème, nous pouvions faire un "baptème plage".
Après quelques minutes d'hésitations, nous étions inscrites pour le surlendemain pour un baptème plage...


Là, surprise de bon matin, nous entrons dans un local qui pue le néoprène mouillé où nous retrouvons le gentil moniteur du camping.
Distribution des combinaisons, des masques, des palmes, une ceinture de plombs pour tout le petit groupe et c'est parti en direction de la plage du Barcarès encore déserte.


Le plus dur est toujours d'enfiler le bloc quand on a pied...

Bilan du baptème : les sensations géniales, pour la première fois de ma vie, je faisais de la plongée sous marine en mer... mais coté choses à voir, bof pas top, un orage la nuit précédente avait remué le fond, du coup, la visibilité était plus que réduite.

Cette fois, nous n'avons pas attendu pour recommencer, la semaine suivante, nous étions de nouveau dans la piscine pour faire un nouveau baptème, un peu plus poussé, puisque nous avons fait un vidage de masque et un lacher et
reprise d'embout, pas mal non pour un baptème ?
Le lendemain, nous étions inscrites pour un baptème "falaise".
De nouveau, nous sommes arrivées au local pour nous équiper et monter à bord d'un bateau tout gris.
Arrivés sur le site, nous étions un certain nombre sur le bateau et sommes passés à la chaine, nous nous passions les plombs, les masques et les palmes pour un baptème de quelques minutes géniales entre les cailloux et les oursins.
Oui j'ai gardé un sacré souvenir de ce
baptème, 5 épines d'oursins dans la main droite... pas mal non ? pour un baptème de quelques minutes.


Comme en Alsace, pour moi, on ne pouvait pas plonger, nous avons attendu le mois de septembre 2006 pour replonger.

Cette année, là, nous ne devions pas partir en vacances, mais Vanessa et moi étions en manque de soleil. Nous avons donc décidé de partir une semaine toutes les deux à Argelès sur mer. Nous avions comme projet de faire un ou deux baptèmes de plongée sous marine.
Le premier soir, nous sommes passées sur le port, nous savions qu'il y avait plusieurs clubs de plongée sur le port, nous sommes rentrées dans le seul qui était encore ouvert ce soir-là. Un petit groupe de personnes était à table au fond d'un local, ils riaient bien. ( nous apprendrons plus tard que dans ce club, on rit beaucoup).
Nous nous sommes inscrites pour le surlendemain pour un baptème.
Ce matin-là en arrivant, nous avons fait la connaissance de Alizée qui nous a équipées, combi, palmes, masques et tuba.
Départ, sur le bateau, la première fois, on se dit qu'on ne tiendra jamais assises sur ce petit boudin pneumatique...


Direction le site des éboulis...
Guidées par un certain Carlos, nous découvrons les poissons, les congres, les coraux...
Au retour, nous nous sommes inscrites pour le lendemain.
Le lendemain, Alizée nous redonne l'équipement de la veille et c'est parti pour un deuxième baptème.
Un peu plus à l'aise sur le bateau, nous faisons un peu connaissance avec les moniteurs présents sur le bateau, "Tu viens d'où ?" " Tu fais quoi dans la vie ?"
Nous arrivons sur un site de plongée, Sylvain nous annonce, nous voici arrivés sur le site de la réserve maritime de Banyuls.
Cette fois-ci, de nouveau guidée par Carlos, nous découvrons un paysage magique, des poissons dans tous les sens, des couleurs magnifiques et première rencontre avec un mérou qui m'a paru énorme.
Au retour, nous nous sommes inscrites pour un troisième baptème, puis pour un quatrième.

A la fin de ce quatrième baptème, nous avions du mal à décoller du club ( et oui, on a toujours du mal à quitter la antares team), toute la team nous disait que nous aurions dû passer notre niveau 1, qu'il ne manquait pas grand chose pour qu'ils nous le valident. Mais, malheureusement, nous devions partir le lendemain matin, il nous était impossible de replonger encore une fois. Ils nous ont alors dit que nous devions passer le niveau 1 chez nous et revenir l'année suivante.


Moi,naïve comme d'habitude, ( un peu blonde quand ça m'arrange) je dis que chez nous, on ne peut pas plonger, il faut piquer la glace en hiver. Un petit moniteur avec un bob vissé sur la tête me demande alors d'où je viens, et bien de la région de Strasbourg. Il me répond aussi sec qu'il vient de Lingolsheim et que l'entrainement c'est tous les lundis soir, en piscine ! !
Nous sommes parties d'Argelès avec un numéro de téléphone sur un post-it avec un tampon de plongée, et environ une semaine après notre départ, nous étions sur le parking d'une piscine pour retrouver notre petit moniteur...
Une heure plus tard, nous remplissions un bulletin d'inscription pour faire notre licence de plongée sous marine.

Tout l'hiver nous nous sommes entrainées en piscine avec Franck, Thomas, Thierry et Thierry, au mois de mai, nous avons fait notre première plongée en gravière.

Au mois de juillet, nous étions de retour à Argelès pour 15 jours de vacances.
Première chose à faire en arrivant, aller s'inscrire pour faire des plongées.
En arrivant pour notre première plongée, le local était pratiquement vide, un moniteur était assis au fond du local, nous lui disons que nous sommes là pour la plongée de l'après-midi, il nous informe qu'ils ont pris un peu de retard. (surprenant ? )
En sortant, d'un coup, on se dit qu'on a déja vu cette tête quelque part... OUI C'est Fabrice, le gentil moniteur de la piscine du camping de Toreilles et du club de Port Barcarès.
La vie fait parfois bien les choses...

Première plongée en mer avec Franck, c'est bien différent de la gravière, il y a des couleurs, des poissons et du courant... je crois que c'est le truc qui m'a marqué le plus, les vagues quand on remonte à la surface, et oui, la gravière ne bouge pas beaucoup.
Inscrites pour 10 plongées, notre grand bonheur a été de plonger avec Fabrice et Carlos pour leur montrer nos progrès.

Depuis ce temps, nous sommes devenues accros, accros à la plongée et au club Antares, chaque année nous y retournons.

En comptant nos baptèmes, nous avons fait 56 plongées, 24 avec la Antares Team et 30 dans la gravière de Lingolsheim.

Il est temps maintenant de mettre fin au conflit des moniteurs,
Carlos et Fabrice nous ont fait faire nos premiers baptêmes de plongée en mer et Franck (et toutes l'équipe de Lingo ) nous a formé au niveau 1 et maintenant au niveau 2.

 

Repost 0
Published by Sabrina - dans plongée
commenter cet article
28 août 2008 4 28 /08 /août /2008 13:47


Il y a des signes comme ça qui ne trompent pas, quand ils apparaissent, on sait tout de suite que les vacances sont finies. Mais est-ce vraiment dommage ?

Et oui, hier soir, nous avons repris l'entraînement.

Petit échauffement cool avec roulades pour dérouiller le dos mais aussi petit renforcement musculaire pour voir si les muscles ont résistés aux petits excès des vacances, abdos, fessier et bras...

Pour continuer, travail d'une technique, au sol, oui, c'est mieux pour les petits corps un peu fatigués.

Pour bien finir, il n'existe pas d'entraînement de judo sans RANDORIS, pour les non judokas, on peut dire petits combats au sol. Le but ? plaquer le partenaire les deux épaules au sol.

Pour clôturer, étirements, là on se rend compte que les hommes sont quand même inférieurs aux femmes dans certains domaines, fou rire assuré...

Le bilan d'un tel entraînement se dresse surtout le lendemain matin, oui quand le réveil sonne et que vous avez l'impression d'être passé sous un camion. Les bras, ça va, on s'était entrainées pendant les vacances en soulevant les bouteilles, mais alors les abdos et les fessiers...
Les kimonos aussi ont bien travaillé et méritent aussi une petite aération à l'extérieure toute la journée...

Mais c'est pas grave, il parait que le meilleur moyen de se débarasser des courbatures, c'est de refaire du sport, alors, c'est quand qu'on recommence ?

Pour les judokas de Rosheim, ou tous ceux qui veulent tester le judo, inscriptions au dojo "école des remparts" jeudi et vendredi prochains de 18h à 20h.

Repost 0
Published by Sabrina - dans judo
commenter cet article
25 août 2008 1 25 /08 /août /2008 15:31

50

Ce dimanche, nous avons fait notre cinquantième plongée ! ! ! !

En partant, il faisait 9°C et la brume d'automne était déjà là, nous étions le 24 aout...

En arrivant au local, comme d'habitude, petit commerage sur le parking avant de descendre au local pour récupérer le matériel. Un premier voyage jusqu'à la voiture avec le bloc ( 15l, c'est lourd pour monter les escaliers) puis un second avec stab, détendeur et octopus (le deuxième détendeur qui est jaune).
Petite discussion isolée entre Franck et Thomas, Franck, notre prof et Thomas, le prof du prof...

D'un coup, ce que je craignais, un appel haut et fort, " les filles prenez des plombs, on va faire de l'apnée !" J'ai horreur de l'apnée, ça me stresse... mais bon, trois kilos de plombs dans la voiture et c'est parti, dix minutes plus tard nous arrivons tous groupés à la gravière...



Le temps de gréer le bloc et nous voila prêtes. Petit Briefing de franck sur le programme des réjouissances...

Nous travaillerons en deux temps aujourd'hui, d'abord deux apnées depuis la surface sans bloc. le but du jeu étant de descendre, rejoindre le parachute que Franck aura placé à quelques mêtres et bien sur remonter...
Première tentative, pas trop mal, je n'ai pas fais un canard parfait, mais j'atteint mon but, le parachute.
Deuxième tentative ratée, en descendant, je n'ai pas réussi à compenser les oreilles et j'ai du remonter.

Deuxième temps du travail, avec bloc cette fois-ci, exercices en tout genre, séance de révision...

Premier exercice : un vidage de masque aux alentours de 8m
On enlève le masque au fond, puis on en fait sortir l'eau en soufflant par le nez.
→ça ne fait jamais de mal d'en refaire un de temps en temps

Deuxième exercice: un lacher et reprise d'embout
On enlève le détendeur et on le remet sans se noyer (on enfin, on essaye)

→ pas mal réussi,
c'est un exercice qu'on refait souvent surtout quand on plonge avec des gens qui bougent beaucoup les bras et qui arrachent les détendeurs des autres...

Troisième exercice : une remontée assistée
Un de vos partenaire simule un problème quelconque et vous devez le remonter, pas trop vite ni trop doucement, faudrait pas oublier qu'il est censé avoir un problème...
Nous avons fait l'exercice l'une sur l'autre avec comme consigne de ne pas avoir le regard fixé sur l'ordinateur de plongée qui dit si on va trop vite, mais d'essayer de le faire selon nos sensations...
résultat pas trop mauvais, une remontée de 18 à 5m avec stop à 5m
la semaine dernière, ma remonté était ratée parce que je m'étais arretée à 11m et je suis redescendue, cette semaine, c'était pas parfait, mais mieux quand même, au moins, j'ai suivi la consigne, je suis remontée...

Quatrième exercice : promenade en simili autonomie...
C'est l'exercice que je préfère, pas compliqué, tout ce qu'il faut faire c'est se promener en respectant la profondeur maxi, cette fois-ci 18m, et rentrer à la plage...
Pendant cet exercice, nous avons pu observer la croissance des petites perches, ça va, elles sont de plus en plus nombreuses, nous avons aussi pu trouver une nouvelle épave de scooter et quelques caddies qui se couvrent d'algues.

Température de l'eau à 6m de profondeur, 20°C, ça c'est pour rassurer les gens du SUD, mais pour tout dire, il faut ajouter qu'à 18 m, elle n'était qu'à 11°C...

Cinquième exercice : gonflage du parachute de surface.

C'est un long tube qu'on gonfle avec notre détendeur ou l'octopus pour signaler notre position en surface.

→ résultat catastrophique, j'étais en surface avant d'avoir le gonflé le parachute, heureusement que je n'avais pas de palier à faire... du coup, je me suis emmelée dans le fil et j'avais completement raté l'exercice, tant pis, je ferais mieux la prochaine fois...

FIN DE PLONGEE

Le signal qu'il est temps de tout ranger dans la voiture et de rentrer au local...
Une fois tout rangé, débriefing autour de l'apéro.
Bilan: c'était une super cinquantième plongée... vivement le cinquant-et-unenième...





Repost 0
Published by Sabrina - dans plongée
commenter cet article
22 août 2008 5 22 /08 /août /2008 11:07
Pendant les vacances, il y a des rendez-vous qu'on ne peut pas manquer : LES PLONGEES ! ! !

Le club que nous avons choisi est le club Antares Sub, nous y avons fait 24 plongées en trois ans.


Toutes les plongées se déroulent de la même manière, mais n'allez pas dire que les plongeurs ont des TOC, non juste des automatismes qui garantissent une bonne sécurité.

ETAPE 1: récupérer les éléments.
Pour cela, il faut se rendre devant la porte latérale du local, juste à coté du compresseur ( le truc qui rempli les bouteilles et qui fait beaucoup de bruit). Le gonfleur à son poste, Tomtom ou Ramoucho, selon les jours, vous pose toujours la même question " din ou étrier?" et là, le plus souvent, un vide envahit votre regard, mais le gonfleur à l'habitude et vous donne tout ce qu'il vous faut.




Pendant ce temps, sur le quai, le chef consulte la météo, à ce moment, il peut encore vous dire qu'une tempête se prépare ou que des orages sont prévus et qu'on ne part pas...


Il ne faut pas oublier que le vent, ça fait des vagues, et que les vagues, ça donne le mal de mer...
La direction et la force du vent, sert aussi à déterminer le site de plongée du jour... voir étape 5.






ETAPE 2 : gréer le bloc

Pour les non plonheurs, cela signifie que le monte les différents éléments récupérés il y a une minute.

dans l'orde :
- fixer la stab sur le bloc
fixer le gilet sur la bouteille
- mettre le détendeur sur le bloc, sans se tromper de sens, sinon ça ne marchera pas...
mettre le truc qui sert à respirer sur la bouteille
- relier le direct system au flexible
relier le gilet qui se gonfle à la bouteille

NB : ne pas oublier d'ouvrir la bouteille pour vérifier s'il y a assez d'air et que le détendeur fonctionnne. Une fois arrivé sur le site, il sera trop tard, au milieu de nulle part, pour demander un échange de bouteille...





ETAPE 3 : la plus critique : enfiler la combi


Il faut préciser qu'à se stade, la combi est toujours humide de la veille, il fait chaud, vous avez déja transpiré, donc les choses se compliquent...


Pendant ce temps, les encadrants passent, tous déja habillés ( sauf un qui est toujours en retard) et vous informent que le départ est dans dix minutes.
Il est alors le moment de glaner une information essentielle, bateau gris ou bateau noir... oui parce que si votre bloc est sur un bateau qui se rend sur le bananier et que vous êtes à la moulade, il y aura un problême...



Une fois la combi enfilée, (pas jusqu'en haut, faudrait pas charier, Sylvain le chef a beau chercher sa parka, il fait déja plus de 25° ) il faut enfiler les chaussons et vérifier que l'on a rien oublié.

ETAPE 4 : mettre le bloc sur la bateau


Il y a un escalier de quelques marches, puis il faut descendre sur le ponton... attention point critique, c'est haut et ça bouge... mais après quelques plongées, on a trouvé le truc.

Une fois le bloc sur le bateau, il ne faut pas oublier de mettre sur le bateau, les plombs, les palmes (oui ça sert toujours), la cagoule et le masque.

Pour certains, il y a des petits truc en plus, une parka et un bonnet pour le retour, le petit flacon de produit antibuée pour le masque...





ETAPE 5 : vous êtes finalement en avance, tout est prêt,




la plongée peut commencer, les novices que nous sommes essayent de déterminer le site que nous allons visiter, il y a des éléments qui ne trompent pas, si le vent vient de la terre ( de la tram) nous irons à la Moulade, si le vent vient de la mer ( du marin) nous irons à cap gros; pas de vent, c'est plus compliqué parce que dans le port, on ne peut rien dire sur les courants...



Les habitués, eux, savent déja où nous allons et avec un peu de chance, on peut déterminer avec son chef de palanqué ( celui qui a la lourde charge de nous emmener plonger et de vous ramener) le thême de la plongée... nudibranche, poissons, corail, petit animaux, gros poissons, ...
on peut presque tout leur demander, bon évitez de demander, des dauphins ou des poissons clown... c'est quand meme la méditerrannée...



ETAPE 6 : le départ



Après avoir fait l'appel en suivant la fiche de palanquées, le directeur de plongée qui est aussi souvent le conducteur et la sécurité qui restera à bord pendant la plongée annonce le départ, une petite manoeuvre dans le port pour quitter le ponton et nous voila partis pour une petite demi-heure de bateau.

A ce moment là, si le conducteur enfile sa parka et son bonnet, c'est que ça va mouiller, deux solutions, on enfile vite fait le haut de sa combi pour ne pas galérer une fois sur place et on s'accroche, ou on reste là à discuter avec son voisin et on assumera son choix une fois arrivé sur place...

Sur le bateau, il y a deux sortes de personnes, les gens qui parlent, on ne les comprend pas toujours tout ce qu'ils racontent, mais un simple hochement de tête permet de les satisfaire. Il y a aussi ceux qui ne disent rien, qui écoutent ou qui sont déja dans leur plongée.



Le temps de navigation permet à certains de se brieffer sur les exercices du jour. Mais pour nous qui sommes en formation, c'est aussi le moment de réviser un peu nos connaissances ou de glaner des trucs pour réussir les exercices que nous devrons refaire à la gravière...
C'est aussi un bon moment pour faire du tourisme, la cote catalane est très jolie et on peut apprécier de jolis paysages alors que certains s'entassent sur des bateaux de promenade pour voir la même chose...

Une fois sur le site, tout s'accélère, le directeur refait l'appel, on ne sait pas trop si c'est pour rappeler les palanquées ou si c'est pour vérifier qu'il n'y a pas eu de pertes en cours de route.
Sur le zodiaque, tout le monde est pressé d'être à l'eau en premier et c'est un peu la cohue...
- enfiler la combi
- trouver quelqu'un de confiance qui saura vous fermer la tirette sans vous prendre la peau avec
- trouver ses affaires
- rincer son masque, sinon la plongée risque de se faire dans le brouillard
- enfiler les plombs, les palmes, la cagoule

et enfin, le moment tant attendu, se mettre à l'eau...

et à partir de là, tout roule , la sécu ( celui qui reste à bord pour faire la sécurité ou prendre en coup de soleil) vous jette votre bloc à l'eau. Il ne vous reste plus qu'à l'enfiler tant bien que mal et retrouver votre chef de palanquée. Ca parait facile comme ça puisque depuis une heure vous savez qui sait, mais une fois la cagoule et le masque sur la tête, il ne reste plus qu'à espérer trouver un signe distinctif, l'un porte la moustache, l'autre à un Bidochon sur la stab, le suivant portera une combi pour mer chaude ... on finit toujours par trouver.

Une fois le chef trouvé, il suffit de se laisser guider et d'apprécier.
Repost 0
Published by Sabrina - dans plongée
commenter cet article
19 août 2008 2 19 /08 /août /2008 15:19

Il est 15h, il fait nuit ou presque, il pleut et il fait 17°C...

Cette météo me fait penser qu'il y a à peine une dizaine de jours, nous étions en vacances en famille à Argelès sur mer...

 Nous en avons bien sur profité un maximum...
Il a fait beau et chaud... malgré les quelques vagues sur la plage, nous avons pu faire le plein de soleil pour toute l'année.


La plage d'Argelès est toujours aussi belle.


les bateaux me font toujours rêver... des comme ça chez nous, on en voit peu, il faut avouer...


Quelle ne fut pas ma surprise de voir, un soir, sur le port d'Argelès, alors que la météo était instable et qu'une plongée de nuit venait de tomber à l'eau ( sans mauvais jeu de mot) que mon bateau m'attendait là, prêt à partir pour un long voyage...
Non allez, j'arrête de déconner, voici la photo d'un super voilier du bout du quai marco polo
Je n'ai pas le voilier en entier, mais je peux vous dire qu'il était déja d'une taille respectable et j'aurais eu beaucoup de mal à le ramener avec moi.

Je file, la prochaine fois, je vous expliquerez comment se déroule une plongée au club antares sub...
Repost 0
Published by Sabrina - dans news
commenter cet article
19 août 2008 2 19 /08 /août /2008 11:28

Pour un premier article, je me présente.
Je m'apelle Sabrina, j'ai 22 ans. Je suis étudiante en droit à l'université de Strasbourg.
J'ai deux passions dans la vie, le judo que je pratique depuis 14 ans maintenant, je suis ceinture noire et enseignante bénévole dans mon club d'origine qui m'a fait progresser.


Je pratique aussi depuis 2 ans la plongée sous marine, et oui, même en Alsace, on peut faire de la plongée. Je suis Niveau 1 pour l'instant mais espère passer le niveau 2 bientôt.


Sur la photo, mon premier baptème à Port Barcarès avec ma soeur jumelle Vanessa.

Je ne fais pas que du sport dans la vie, puisque, à mes heures perdues, je suis également conseillère municipale de la ville qui m'a vue grandir.
Repost 0
Published by Sabrina
commenter cet article
19 août 2008 2 19 /08 /août /2008 10:47

coucou, ça y est, je me mets au blog.

A l'heure où les contacts s'éparpillent dans tous les coins de la France, ce blog va me permettre de garder un lien avec tout le monde, alors n'hésitez pas à commenter et à revenir régulièrement ! ! ! !

 Bon, la photo date un peu, mais des plus récentes arrivent ...
Repost 0
Published by Sabrina
commenter cet article