Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : la judokate palmée fait son blog
  • la judokate palmée fait son blog
  • : Juste un petit blog pour partager mes coups de coeur et garder contact.
  • Contact

Recherche

23 septembre 2009 3 23 /09 /septembre /2009 18:18
Début septembre, c'est toujours la fête à Rosheim, mais cette année, avec l'équipe de l'association des sports et de la culture de Rosheim, la formule était un peu différente.

Mais quand on fait quelques chose, on voit tout de suite grand. Pendant la semaine, arrivée et montage d'un chapiteau géant qui couvrait tout la place.


Après quelques heures de travail à 6 personnes, le déchargement de 3 gros camions, ça commence à prendre forme.


Pas mal non ? Il y aura de la place au moins.


Tout ça, pour accueillir le fameux Anton aus Tirol... Comment ça, vous ne connaissez pas Anton...

Moi non plus, mais j'ai appris à connaitre pendant la longue soirée du samedi soir.

Le principe de cette fête, c'était que les différentes associations se sont réparties les différentes taches et la soirée s'est passée dans une ambiance vraiment bonne.



Vous ne connaissiez pas Anton aus Tirol, non ? ben, maintenant, vous connaissez...

Encore un petit morceaux ?



Je vous avoues qu'en fin de soirée, on a un peu craqué, après le travail des mouvements de judo en rythme, Isabelle a voulu m'apprendre à danser... et bien, c'est pas gagné je crois.



Vanessa s'excuse pour la qualité de la vidéo, mais affirme que c'est pour préserver l'anonymat des participants.

Vous me direz, ce genre de musique ne convient peut être pas à tout le monde, donc, nous avons prévu un autre " pole " pour les plus jeunes... cette fois, pas de vidéo, trop de bruit, le micro du téléphone n'a pas trop apprécié, mais j'ai quelques images.
















Alors la prochaine fois que vous faites un tour dans le coin, venez faire la fête à Rosheim.
Repost 0
Published by la judokate palmée - dans délire
commenter cet article
16 septembre 2009 3 16 /09 /septembre /2009 17:02

Mon premier souvenir de coucher de soleil c’était en Vendée, le coucher de soleil sur la mer. Depuis, je n’ai pas revu de coucher de soleil sur la mer, mais j’aime toujours autant ça.

 

A Dahab, le coucher de soleil n’était pas sur la mer, mais sur la montagne, mais les plus belles couleurs étaient de l’autre coté.


 

A Argelès, au moment du coucher du soleil, sur la mer, c’est la lune qui montre le bout de son nez.

 


Quand nous sommes parties au salon de la plongée, nous n’avons pas vu le coucher du soleil, mais plutôt le lever du soleil en hiver dans la campagne.

 


Sur le chemin du retour des vacances, le soleil nous suit toute la journée et le coucher du soleil sur les montagnes des Vosges annonce l’arrivée.




Mais il n’est pas indispensable d’aller loin pour contempler un coucher de soleil, cette fois, c’était en rentrant d’une journée à Europa Park

 

 


 


Mais tout simplement, au bout du jardin c’est magique aussi.

 


Et d’une minute à l’autre, les couleurs changent
.

 

Repost 0
Published by la judokate palmée
commenter cet article
8 septembre 2009 2 08 /09 /septembre /2009 16:43

De retour à la surface, je pensais que mes photos allaient être pour la plupart de ce genre là :


 

 

 

C’est une thuridille, pour ceux qui n’avaient pas reconnu… 

 

Mais en fait, non, je vous laisse juge de mes photos.

 

J’ai essayé de trouver les noms de tous ceux que j’ai photographiés, mais je ne suis pas sûre de moi à 100 %. Si j’ai fais des erreurs, n’hésitez pas à me le dire, je corrigerai.


Un Hypselodoris orsinii 

 

Une étoile de mer

 

Une Flabelline mauve

Une Blennie de Roux

 Une Blennie pontique
.
 

Une mue de crevette trouvée par Fred.


Une rascasse qui fait la sieste
 

Une Sabelle qui a trouvé un voisin plutot piquant

 

Une langouste cachée dans l'antre d'une petite blennie

 

Un poulpe qui s'enfuit dans son trou
 null

Un couple de Corbs qui ne fait que passer

 

null

Une Calmella cavolini, c'est un tout petit nudibranche

 

 

Un Homo palmus, c'est un animal très courant qu'on croise souvent dans les eaux catalanes...

 

C’est vrai que j’ai fais beaucoup de photos de choses qui ne bougent pas trop, mais en fait, je suis assez fière de moi…

 

Je me suis fait vraiment plaisir pendant cette plongée. Merci à Fred qui m’a permis de repartir et qui m’a montré plein de poissons. Merci à Homo palmus qui m’a attendu au palier pour me montrer des mini-nudibranches et surtout, Merci à Laurent qui m’a prêté son appareil.

 

Repost 0
Published by la judokate palmée - dans plongée
commenter cet article
4 septembre 2009 5 04 /09 /septembre /2009 15:34

 



J’avais rendez-vous ce samedi matin pour faire ma dernière plongée, une épave. J’avais vraiment envie de pouvoir plonger sur l’Astrée ( lien vers l'album photo de Homo palmus sur cette épave : link ) , nous étions déjà passés au dessus une fois, mais un bateau de plongeurs y était déjà attaché mais pas correctement faute d’avoir trouvé la bouée.

 

 


 

Arrivés sur l’eau, nous longeons la cote vermeille, donc, nous ne partons pas pour le Bananier. Nous arrivons sur le site, Sylvain nous annonce que nous sommes juste au dessus du point. Mais nous ne trouvons aucune bouée. Chacun se tourne vers l’extérieur, il faut trouver cette bouée, le courant est important et ça bouge sur le bateau.

 

Après quelques minutes, un plongeur aperçoit la bouée, elle est coulée. Un effet des vagues ?... bizarre, elle est vraiment profonde. Romain n’arrivera pas à nous accrocher sur cette bouée, il n’a pas encore de gogo-gadeto bras. La décision est prise de mettre un plongeur à l’eau avec son bloc pour nous accrocher.

 

 


 

C’est Mathieu qui est désigné volontaire pour descendre sur la bouée. Un par battage est fixé au bout d’un bout sur lequel nous nous accrochons. La première palanquée se met à l’eau et disparaît vite au loin, il y a du courant, du coup, pour les autres, mise à l’eau non équipée, mais avec la consigne d’attraper vite son bloc et de s’accrocher au bout.

Ce ne sont pas les mises à l’eau que je préfère, mais bon, c’est l’heure… PLOUFF.

 

 

 

Une fois accrochée au bout, j’ai juste enfilé ma stab, elle n’est pas accrochée, et je suis ballotée dans tous les sens dans les vagues.

 

Homo palmus regroupe sa palanquée et on descend, c’est lui qui me fixera ma stab une fois sous l’eau. Il a l’habitude, mais ce sera la seule « assistance » qu’il aura dû faire pendant toutes mes plongées.

 

Encore une fois, comme d’habitude, une plongée sur une épave c’est magique. Mais celle là est un peu particulière, c’est ma dernière…


 

Adossée sur le port, je vis alors un grand moment de nostalgie. Il est temps pour moi d’enlever ma combi pour la rincer pour la dernière fois.

 

En voyant les autres repartir pour une explo, je demande bêtement s’il n’y a pas une place pour moi. Homo palmus me dit qu’il y a sur le bateau un N2 qui n’a pas de binôme et il risque de faire une plongée avec des niveaux 1 qui doivent faire des exercices.

 

 

Après quelques minutes de réflexion, je vais demander à Sylvain si je peux repartir. Il me dit que oui, que je peux repartir si je suis prête dans 10 minutes.

Homo palmus me prépare alors mon bloc et ma ceinture de plombs pendant que je remets ma combi, mouillée, c’est vraiment pas facile.

 

Et me voici de retour sur le bateau en direction de la Moulade. Je fais alors connaissance de mon binôme, Fred qui devrait pouvoir me montrer plein de poissons selon Homo palmus.

 


Une fois arrivée sur le site, je ne me fais pas prier pour me mettre à l’eau. Ça faisait longtemps, au moins… une heure.

 

Une fois dans l’eau, j’attends quelques minutes mon binôme qui a eu un petit problème de joint, mon bloc est bien gonflé, 210 bars, ça ne peux qu’annoncer une bonne plongée.

Homo palmus se prépare pour sa plongée technique et il me demande alors si je veux prendre son appareil photo ?!
                                                        Afficher l'image en taille réelle


Il me fait confiance et pense que je suis capable de faire des photos, moi, tout ce que je crains c’est de lui cogner son caisson, je m’en voudrais à mort et je crois que lui aussi.

 

Petit cours en quelques minutes sur l’utilisation, il me fixe l’appareil à la stab, encore quelques conseils et mon binôme est prêt, nous partons.



Pour voir le résultats des photos, il faudra attendre que je refasse surface.


 

 

Repost 0
Published by la judokate palmée - dans plongée
commenter cet article
2 septembre 2009 3 02 /09 /septembre /2009 22:05

Certains soirs, malgré les 4 tours de la journée, les plongeurs en redemandent et veulent faire une sortie de nuit.

 

Avant tout, avant la plongée, il faut s’hydrater, donc, tout commence par un bon apéro.

 

 

Malheureusement, Sylvain n’est pas entièrement de la partie, il doit se soumettre au rituel du tableau des palanquées pour le lendemain. Il vient quand même de temps en temps pour récupérer des forces.

 

 

Parfois, ce rituel se transforme en casse tête et tout le monde met la main à la pâte. C’est aussi une bonne excuse pour les moniteurs encore présents pour choisir avec qui ils plongeront demain, ou plutôt pour choisir avec qui ils ne plongeront pas.

 

 

Ensuite, comme il faut aussi avoir des forces avant de plongée, il faut aller remplir son estomac d’un met servi plus ou moins rapidement.

 

 

Les habitués se retrouvent et c’est le bon moment pour échanger et mieux faire connaissance des autres plongeurs blogueurs.

 

Sur la photo Sandrine et Didier qui, eux aussi, tiennent leurs carnet de plongée en ligne. link
 

Parfois pour gagner un peu de temps, les photographes commencent à régler leur matériel.

 

 

A la fin du repas, il faut se préparer efficacement et calmement histoire de ne pas faire fuir les touristes qui arrivent sur le port pour diner. Heureusement, on n’est pas trop nombreux, le local est encore calme.

 

 

 
Ensuite, c’est le grand départ des plongeurs sous l’œil des enfants qui se demandent bien ce qu’on peut faire sous l’eau dans le noir.

 

Et bien, on y fait des supers plongées et on y rencontre une faune toute particulière, plus ou moins habituelle.

 

 

Au retour, c’est comme toute la journée, on rince le matériel, on range sous l’œil des passants ahuris de penser qu’on est allés plonger alors qu’il commence à faire frais.

 

Maintenant, si j’ai un conseil à vous donner si vous avez envie de faire une plongée de nuit, n’oubliez pas de faire la sieste l’après midi. Vous avez une bonne excuse pour laisser tomber les révisions une fois…

 

 

 

Demain matin, il faudra de nouveau se lever tôt pour découvrir une nouvelle épave.

 

Repost 0
Published by la judokate palmée - dans plongée
commenter cet article
1 septembre 2009 2 01 /09 /septembre /2009 17:17



Dans le sud, on parle français, mais c’est un français un peu différent que celui que l’on pratique habituellement dans les autres régions du monde. Avec l’aide de quelques indic plus régulièrement sur place, j’ai réussi et je vous ai préparé toute une liste d’expressions atypiques ou d’expressions récurrentes.



Il y aura une minute catalane par mois, histoire de prolonger un peu les vacances.

 

L’expression du mois est une expression de Sylvain pour expliquer à une maman comment se passe un baptême.

 



Le baptême c’est bateau, mer et étoile de mer

 


 

 

Repost 0
Published by la judokate palmée - dans La minute catalane
commenter cet article
29 août 2009 6 29 /08 /août /2009 21:58

Au retour du dernier bateau, c’est tous les jours la même chose, il faut garer les bateaux.

 

Parfois, c’est le Lomac qui rentre en dernier, il faut alors tenter le créneau. Pour cette manœuvre, c’est Sylvain qui accoste et Romain et Thomas qui gèrent les manœuvres d’amarrages.

 

 

Bon, il est parfois tard et Thomas n’arrive pas toujours à attraper les bouts du premier coup. Mais on va l’excuser, ce jour-là, il revenait d’une super plongée avec super visi sur le Saumur.

 

Mais parfois, c’est le Quer qui rentre en dernier, là, c’est plutôt un demi tour qu’il faut faire pour pouvoir accoster le bateau dans le bon sens pour que les plongeurs puissent descendre confortablement.

Cette fois, c’est Fabrice à la manœuvre d’accostage mais encore et toujours Romain à l’amarrage

 

 

Et après 5 rotations, donc 5 plongées, les moniteurs ont enfin le temps de rincer leur matériel et leur combinaison dans laquelle ils viennent de passer presque la journée.

 


A cette heure, le club ferme doucement ses portes et les bateaux sont couverts pour passer une bonne nuit.


 

Pendant ce temps, les vacanciers arrivent sur le port pour diner ou tout simplement pour flâner dans les boutiques et parfois, une surprise les attend. 

Ce soir là, une petite animation de danse traditionnelle d’un pays lointain.

 

 

Parfois, de la visite arrive, mais ça, c’est une autre histoire, ce soir-là, il ne sera pas encore l’heure de rentrer à la maison, ni de couvrir les bateaux…

 

Repost 0
Published by la judokate palmée - dans plongée
commenter cet article
25 août 2009 2 25 /08 /août /2009 18:44


Quand on part en vacances à Argelès sur mer, on a beaucoup de choix sur les modes d’hébergement, nous, c’est camping, mais camping de luxe, en mobil home. Et heureusement, parce que quand nous partons, il faut compter quand même quelques bagages supplémentaires pour la plongée…

 

 


 

Quand on rentre de plongée, il faut arriver à mettre chaque chose à sa place pour tout sécher.

 

 


Parfois, il faut prévoir quelques aménagements supplémentaires pour gagner un peu de place.


 

 

 Pour les combi, c’est moins discret, plus encombrants, le soir, ou quand on quitte le camping, elles sont dans la douche, ou plutôt dans la salle de bain, parce qu’elles prennent toutes la place, donc, là, désolée, mais impossible de prendre du recul, donc pas de photo…

 


Dans la journée, elles sont sur la tonnelle et les voisins du camping disent qu’on sort les cadavres du placard…

 

 

 

 Quand vient le soir il faut tout ranger et trouver des endroits pour tout suspendre.

 

 


 

Mais heureusement, on ne laisse pas passer trop de temps entre deux plongées et le soleil catalan aide bien à faire sécher tout le matériel qui est déjà prêt pour repartir pour la plongée du lendemain.

 

Repost 0
Published by la judokate palmée - dans plongée
commenter cet article
19 août 2009 3 19 /08 /août /2009 22:32

 



Pendant ces vacances, j’ai fait plein de belles rencontres.

 

J’ai mis à profit mes entrainements de plongée à la gravière, ( Baptême de plongée pour la schtroumpfette ) et les aventures dans le jardin ( Les nudibranches alsaciens ).
En mer, c’est bien différent, il y a beaucoup plus de couleurs et certains animaux ont presque la même couleur que moi.

 

 


Je me suis fait des nouveaux amis, un dauphin de la carte au trésor

 

 

 

et un hippocampe retrouvé sur le sable seul et abandonné.

 

 

 

Mais le clou de mes vacances était la rencontre avec le schtroumpf plongeur. J’ai d’abord fait la rencontre de François qui est le compagnon inséparable du schtroumpf plongeur et son photographe personnel.


 

 

 

Et puis, lors d’une plongée de nuit un peu spéciale, j’ai enfin rencontré le schtroumpf plongeur !

 

 

Les différents photographes officiels de la séance ont déjà raconté cette rencontre :

 

-         d’abord sur le blog de Homo palmus qui avait même fait venir Playmopalmus pour l’évènement : link 


-         Et sur le forum de passion plongée, lieu d’expression de François : link.

 

J’ai vraiment passé un bon moment pendant cette plongée.

Merci à tous les plongeurs qui étaient venus pour cette rencontre vraiment schtroumpf.

Repost 0
Published by la judokate palmée - dans plongée
commenter cet article
17 août 2009 1 17 /08 /août /2009 20:20

 



Aujourd’hui, c’était ma 80ième plongée et la millième de l’ordinateur de Homo palmus, et quelle plongée, 39 ,5m, 17 minutes avec au moins 20m de visi sur le bananier !

 

Après quelques minutes de bateau, nous arrivons sur le site, l’excitation générale monte, hier la visi était exceptionnelle, il n’y a pas de courant et l’eau paraît encore une fois très claire.

 

 

Petit rappel des consignes par Sylvain, 8 minutes de palier aux ordi MAXIMUM,  on comprendrait presque un petit «  et dépêchez vous je veux aussi y aller ».

  
 

 

Une fois la descende amorcée, à 17 m, nous voyons déjà clairement le mat un peu plus loin et en faisant encore quelques mètres, on peut apercevoir une masse sombre au fond.

 

 

link
 

Nous lâchons le bout pour rejoindre le mat puis, nous descendons pour nous trouver juste au dessus du pont jusqu’à une extrémité, puis demi tour jusqu’à l’autre bout. Nous pouvons bien distinguer toutes les coursives habitées par des centaines d’anthias. 

 

A cette profondeur, l’azote fait son effet, ma lecture de mon mano est un peu hésitante.

 

 


 

En fin de plongée, puisqu’il fallait bien remonter un moment, je profite de la visi exceptionnelle pour admirer l’épave jusqu’à ce qu’elle disparaisse, puis, je ne perds pas du regard le mat, jusqu’à ce que lui aussi soit noyé dans le brouillard. A ce moment, nous croisons Sylvain et Romain pressés de descendre, j’ai presque envie de les suivre.

De retour sur le bateau, tout le monde raconte sa plongée en attendant Sylvain et Romain qui ont pris l’appareil photo, vivement les images.

 

A leur retour, ils nous racontent eux aussi leur plongée, et, dans le bruit assourdissant du moteur, on peut tout juste comprendre que Sylvain a vu le poisson lune que je cherchais désespérément pendant le palier et qu’un congre a été très (voire trop) amical avec lui.

 

Le bateau est rentré au port avec à bord 12 plongeurs heureux.

Il n’y a eu ni poisson lune, ni dauphin, ni raie mais cette 80 ième plongée restera parmi mes meilleurs souvenirs.

 

 

 

Repost 0
Published by la judokate palmée - dans plongée
commenter cet article