Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : la judokate palmée fait son blog
  • la judokate palmée fait son blog
  • : Juste un petit blog pour partager mes coups de coeur et garder contact.
  • Contact

Recherche

13 avril 2014 7 13 /04 /avril /2014 16:39

Nous n’avons pas vraiment eu d’hiver malgré les prédictions des paysans qui lisent dans l’épaisseur des peaux d’oignons, mais pour une fois, nous avons un printemps qui pourrait presque s’apparenter à un été. Les pessimistes diront que les pollens, les grosses chaleurs étouffantes et avec elles les alertes aux particules fines sont de retour, mais les optimistes et les plongeurs diront que c’est le moment d’aller s’entraîner pour être au top cet été.

Mon ordinateur lui, a aussi du mal à se réveiller, lors de ma dernière plongée, il n’avait affiché que 0.0 pour la profondeur, 0.0 pour la durée de la plongée et une température qui oscillait entre 7°C et 8°C, en fait, mon ordi s’était transformé en simple thermomètre. Du coup, cette fois, Fred, m’avait prêté son ordi « pour débutants » comme il le qualifie lui-même afin de seconder le mien.

Le réveil du printemps

Au moment de l’allumer, cette fois, il écrivait déjà 13.6m sur le parking…mais après quelques bidouillages à l’aide de mes camarades homme, beaucoup plus bricoleurs que moi, il indiquait 0.0 pour la profondeur, 0.0 pour le temps de plongée et nous étions pour lui, le 1er janvier, il était 18h.

Comme j’avais déjà deux ordis à surveiller, je l’avoue, je me suis complètement laissée guidée par Eric, mon binôme du jour.

Le réveil du printemps

Comme d’habitude en début de saison, pas de photo en zone profonde, les gants épais et le froid n’aidant pas à la manipulation des boutons poussoirs du caisson étanche.

Mais une fois de retour dans une zone moins profonde et donc moins froide, j’ai pu remarquer que mon caisson aussi avait besoin d’une période de réadaptation, réglages de la focale et de la sensibilité ISO en mode « jefaisn’importequoi », réglage de la zone de mise au point manuel… Bref, les 10 premières photos ne ressemble à rien, jugez-en par vous-même. (et encore, ce n’est pas la pire).

Le réveil du printemps

Notre long retour vers le ponton nous a permis de constater que la nature de la gravière se réveille elle aussi doucement.

Des talus d’algues qui commencent à prendre forme.

Le réveil du printemps

Et les premières perches qui commencent à montrer le bout de leur museau et qui ont encore un peu peur des palmipède bruyants que nous sommes.

Le réveil du printemps

Plus loin, quelques feuilles commencent à dépasser du substrat, elles seront peut-être bientôt des beaux nénuphars qui régaleront les photographes.

Le réveil du printemps

Après tout ça, avec une température frisant les 20°C au soleil et à l’abri du vent, nous avons respecté les traditions des plongées dominicales, apéro au club, apéro en rentrant à la maison sur la terrasse, premier barbecue de l’année et bien sûr, sieste pour bien finir l’après-midi.

Partager cet article

Repost 0
Published by la judokate palmée - dans plongée
commenter cet article

commentaires

Laurent 23/04/2014 21:32

Bravo pour le vert fluo. Je serais incapable de faire pareil sans photoshop !
Les perches sont vos "poissons adidas" (expression entendue très récemment) à vous, vos sars tambours d'eau douce.

la judokate palmée 01/06/2014 16:04

En théorie la graviere est plutôt en bon état du point de vue écologique donc normalement on ne devrait rien y trouver de fluo.

Laurent 30/05/2014 13:14

J'ai connu des carrières en Belgique avec des choses fluos au fond, comme un homard. Alors pourquoi pas dans la gravière ?

la judokate palmée 28/05/2014 12:22

Oui mais à la graviere il n'y a ni langouste ni godive fluos.

Laurent 27/04/2014 19:32

Moi je connais des plongeurs qui voient des choses même dans l'obscurité bien chargée d'une épave en cette saison, comme des langoustes ou des godives orange :D

la judokate palmée 27/04/2014 18:12

On a parfois l'impression que certains plongeurs plongent les yeux fermés parce qu'à les entendre, en fin de plongée, ils n'ont jamais rien vu.